Bandro, lémurien en sursis

Madagascar compte 103 variétés de lémuriens. Toutes menacées de disparition comme la plupart des autres espèces de faune ou de flore marquées par un fort endémisme qui vivent sur cette terre/continent énigmatique. Dans la communauté des lémuriens, il en est un dont la présence se résume aux zones marécageuses du lac Alaotra, vaste zone humide de la province de Tamatave, située à l’est du pays. Appelé aussi bandro, Hapalemur griseus alaotrensis est considéré « en danger critique d’extinction», avec moins de 2 000 individus. Pour lui, c’est double peine : il est chassé pour sa chair et son habitat de bambous et papyrus est incendié pour laisser la place aux rizières. Grenier à riz de l’île Rouge, la région ploie sous une très forte croissance démographique. Ceci explique cela. Dans leur moyen-métrage, Julia Dordel et Guido Tölke ciblent le travail de fourmi d’un scientifique suisse qui se démène pour bâtir un équilibre entre la préservation de ce qui reste du marais et le comportement des riverains qui exploitent le milieu, notamment pour la production de charbon de bois, sans la moindre indulgence pour les ressources naturelles. Pour trouver cet équilibre, le projet du primatologue consiste à sensibiliser les populations locales par le biais d’un jeu de société, tout en développant une forme d’écotourisme communautaire. Une manière de faire entrer la nécessaire conservation des dernières surfaces du marais de Bandro dans les têtes et dans les actes.

Réservez votre séance !

No comments yet.

Leave a comment

Your email address will not be published.

Inline
Inline